Diane Lebouthillier

Votre députée de


Gaspésie-Les Îles-de-la-Madeleine

Diane Lebouthillier

Votre députée de


Gaspésie-Les Îles-de-la-Madeleine

Menu

Une nouvelle zone de protection marine à la pointe est de la Gaspésie

Le 6 mars 2019, Gaspé (Québec) – La santé et la protection de nos océans sont essentielles pour notre environnement et notre économie. Le gouvernement du Canada a fait des progrès importants dans la protection de ses trois océans et de ses côtes, en s’assurant qu’ils soient plus sécuritaires, plus propres et en meilleure santé pour les générations futures.

La ministre du Revenu national et députée de Gaspésie—Les Îles-de-la-Madeleine, l’honorable Diane Lebouthillier, au nom du ministre des Pêches, des Océans et de la Garde côtière canadienne, l’honorable Jonathan Wilkinson, a annoncé aujourd’hui l’établissement de la zone de protection marine du Banc-des-Américains, qui offrira une protection à long terme de cette partie de nos océans.

Située au large des côtes de la Gaspésie, entre Cap-Gaspé et Cap-d’Espoir, cette zone de protection marine couvre une superficie d’environ 1 000 km², là où se rencontrent les courants de la baie de Gaspé et de la baie des Chaleurs. Ce carrefour biologique est très important pour de nombreuses espèces de poissons et de crustacés, dont certaines sont en voie de disparition, telles que les baleines, le loup tacheté et le loup à tête large.

L’établissement tant attendu de cette aire marine protégée fera du Banc-des-Américains le premier projet visé par l’Entente de collaboration Canada-Québec pour l’établissement d’un réseau d’aires marines protégées au Québec et dans l’estuaire et le golfe du Saint-Laurent. Les deux gouvernements travailleront ensemble en vue de protéger cet écosystème marin. La zone nouvellement protégée possédera un double statut, soit celui de réserve aquatique, selon la législation du Québec, et celui de zone de protection marine, en vertu de la Loi sur les océans.

CITATIONS

« Les réalisations du gouvernement du Canada en matière de conservation marine sont possibles grâce à une étroite collaboration avec tous les ordres de gouvernement, les collectivités locales, les peuples autochtones, l’industrie et les organisations environnementales. Le gouvernement travaille pour arriver à la conservation, tout en contribuant à assurer la durabilité socioéconomique des collectivités côtières. Le Canada continuera de jouer un rôle de chef de file sur la scène internationale au fur et à mesure que le travail se poursuit ici, chez nous, en matière de protection des océans et d’initiatives de conservation. »

— L’honorable Jonathan Wilkinson, ministre des Pêches, des Océans et de la Garde côtière canadienne

«Le gouvernement du Canada est heureux de travailler avec divers partenaires, dont le gouvernement du Québec, pour faire en sorte que la zone de protection marine du Banc-des-Américains demeure un centre prospère de biodiversité et de vie marine pour les générations à venir. Les côtes du Canada abritent certaines des plus extraordinaires beautés naturelles et des écosystèmes les plus riches du monde. Cette annonce est un excellent exemple de la façon dont nous pouvons parvenir à une gestion efficace des océans, et à la conservation du milieu marin lorsque toutes les parties intéressées travaillent ensemble à la réalisation d’un objectif commun. »

— L’honorable Diane Lebouthillier, ministre du Revenu national et députée de Gaspésie—Les Îles-de-la-Madeleine

LES FAITS EN BREF

  • La désignation du Banc-des-Américains protégera 1000 km² d’océan et contribue à remplir l’engagement du gouvernement du Canada à protéger 10 % des aires marines et côtières du Canada d’ici 2020.
  • La zone de protection marine du Banc-des-Américains possède de nombreuses caractéristiques importantes sur le plan écologique et biologique, et soutient une gamme extraordinaire d’habitats et d’espèces marines, et notamment une abondance d’espèces fourragères et d’espèces pêchées à des fins commerciales.
  • La zone présente également un grand potentiel en tant qu’aire d’alimentation pour différentes espèces de poissons et de mammifères marins, et pourrait constituer un habitat important pour les populations de poissons de fond.
  • La zone de protection marine est conçue pour protéger les habitats des fonds marins et les espèces fourragères, et pour faciliter le rétablissement de certaines espèces en péril, en particulier le rorqual bleu, le loup tacheté et le loup à tête large.
  • Les gouvernements du Canada et du Québec travaillent ensemble afin de protéger cette aire marine qui possédera un double statut, soit celui de réserve aquatique, selon la législation du Québec, et celui de zone de protection marine, en vertu de la Loi sur les océans.
  • Le règlement de la zone de protection marine du Banc-des-Américains établit deux zones de gestion. Les activités de pêche commerciale et récréative sont interdites dans la zone 1, la zone la plus sensible, mais la pêche autochtone à des fins alimentaires, sociales et rituelles est permise. Dans la zone 2, la pêche commerciale au casier, à la palangre et à la ligne à main est autorisée dans la mesure où elle ne vise pas les espèces fourragères.
  • Les activités pétrolières et gazières, le rejet d’eaux usées et le rejet d’eaux grises par les grands navires sont interdits dans l’ensemble de la zone de protection marine.

PRODUITS CONNEXES

LIENS CONNEXE